Trente engagements pour vivre différemment, ici et maintenant.


Une période inédite de possibles

Le rôle d’un ou d’une maire est de fixer un cap et de développer en conséquence une proposition politique globale sur son territoire. Tel est le sens de ma démarche. 

Elle fixe un cap : entraîner notre ville hors de sa course folle à l’urbanisation incessante et la finance débridée, lui permettre de se transformer radicalement et d’éclore selon un nouveau modèle économique et social. Elle forme  un « tout » : à la fois politique et citoyen, écologique, économique et social, démocratique et culturel. Et dans ce « tout », aucun choix, aucune action, ne peut venir en contredire un.e autre.

Nous sommes dans une période qui peut faire peur, la notion d’effondrement pouvant effrayer selon la compréhension que nous en avons. Pour ma part, je considère que nous sommes dans une période inédite de possibles. Nous pouvons, si  nous en prenons tout de suite le cap et la responsabilité, ne pas franchir certaines frontières écologiques irréversibles -notamment en termes de climat et de biodiversité.

Pour cela, nous ne devons plus espérer dans un progrès réparateur de nos excès et repousser à demain ou à ailleurs, aux générations à venir ou aux pays lointains, la facture sociale et écologique de nos choix présents et locaux. Nous devons inventer et mettre en place un nouveau modèle qui nous permette d’habiter, bouger, manger, penser, produire, consommer, jouer, … vivre différemment.

L’échelle de la ville est une bonne échelle pour le faire : échelle politique, elle est plus large que le changement des comportements individuels, niveau indispensable mais insuffisant. Echelle de la proximité, elle n’échappe pas à notre entendement ni à notre action. C’est l’échelle des possibles par excellence.

 

Volontarisme politique 

Ma démarche à l’occasion de l’élection municipale de mars 2020 est la continuité de mes votes et prises de parole en conseils municipal et métropolitain de Lyon depuis plusieurs années, dans l’opposition d’une ville et d’une métropole guidées, ou plutôt aveuglées, par le mythe de la mondialisation heureuse, de la croissance infinie, de la main redistributrice du marché et du ruissellement des richesses. Régulièrement je me suis opposée à la marchandisation de notre ville (quartier et stade de Gerland, Hôtel Dieu, quartier Grôlée et rue de la République, …) ou à la délégation au privé de nos missions essentielles (gestion de l’eau potable, restauration scolaire, accueil de la petite enfance, système de soin ,…)

Dans l’opposition d’une ville qui, certes, s’est embellie et nous pouvons en être fier.e.s.  Mais à quel prix ? Celui de ne plus être une ville à vivre mais à vendre, celui de ne plus être une ville accessible aux Lyonnaises et Lyonnais qui, de plus en plus, s’expatrient d’abord aux abords directs du centre, puis de plus en plus en deuxième couronne, voire hors de la métropole !

Ces 30 engagements sont également le fruit de mon expérience en tant que maire du 1er arrondissement, expérience durant laquelle nous avons fait de l’économie circulaire, de l’écologie urbaine, de la citoyenneté et des solidarités un véritable projet politique.

Le 1er est singulier au cœur de la métropole et je ne prétends pas que la politique menée sur cet arrondissement sera, à l’identique, transposable à l’échelle de la ville. Mais une partie des préoccupations des habitantes et habitants du 1er sont celles des Lyonnais et Lyonnaises : de la place en crèche à la desserte en transports en commun, de la présence de commerce de proximité au respect de la tranquillité publique, de l’offre d’emploi à la qualité d’accueil dans l’école publique de secteur, etc.

D’autre part, j’ai appris sur cet arrondissement que le travail et la ténacité paient. C’est ainsi qu’ont vu le jour les Halles de la Martinière, la Maison de l’Economie Circulaire, le Lavoir Public, la future auberge de jeunesse du collège Truffaut, l’inventaire participatif de la biodiversité, etc. Le volontarisme politique est donc une possibilité !

L’écologie urbaine et métropolitaine ne souffre ni posture ni imposture

La posture (l’imposture) du « en même temps » a vécu. Nationalement, mais aussi localement.

On ne peut déclarer l’attractivité comme premier objectif du plan local d’urbanisme (adopté à l’été 2019, ce document-cadre nous engage pour vingt ans) et se dire en même temps écologistes. On ne peut détourner le regard face aux enfants sans toit, aux violences et discriminations galopantes,  et se dire en même temps humanistes. On ne peut vendre notre ville aux plus offrantes des puissances financières et se dire en même temps politiquement responsables.

Cette politique du « en même temps »  gouverne notre ville et notre métropole depuis 2001 : nous en faisons le bilan aujourd’hui.

Et pour ma part, je refuse que les mêmes hommes et femmes politiques au pouvoir dans la ville et la métropole depuis vingt ans se représentent en faisant le pari de la lassitude des citoyens et citoyennes face à des combats qui seraient perdus d’avance. La bataille d’un autre modèle écologique et social n’a jamais été engagée, comment pourrait-on se condamner à la défaite ?

Le pouvoir en place depuis vingt ans mise sur l’amnésie de « son » électorat, une amnésie qu’il voudrait aussi générale que son renoncement. Pour ma part, je m’y refuse, et en l’espèce, il ne s’agit pas d’un vœu, mais d’une volonté !

 

Trente engagements communs

Mue par ce volontarisme et outillée de cette expérience, je veux déposer dans l’espace politique et public trente engagements pour la ville.  Ils seront nos trente engagements communs.

Certains sont écrits dans leurs grandes lignes : nous allons les compléter et les affiner avec les Lyonnaises et les Lyonnais.

D’autres sont encore à produire. Nous allons les concevoir avec les habitantes et les habitants, avec des collectifs, des scientifiques, des militants politiques et associatifs volontaires. Nous nous appuierons sur leurs savoirs, leur expérience de la ville, leurs convictions, leur enthousiasme : c’est avec leur implication que nous parviendrons à faire éclore un nouveau modèle.

Réunir nos forces autour de ces engagements communs est important car il faut aller vite et bien, engagé.e.s que nous sommes dans la course contre la montre écologique. Des débats et rencontres prochaines, des travaux d’écriture en ateliers, sortiront des propositions renforcées, vérifiées, complétées, chiffrées et partagées.

Ces propositions nous permettront d’agir à la mairie de Lyon comme dans les mairies d’arrondissement avec un plan de mandat écrit ensemble, fédérateur à l’échelle de la ville et respectueux de la diversité des arrondissements.

 

2030

Notre cap, je le fixe à 2030.

Nous avons besoin de dix ans pour mener à bien notre proposition politique. Pas plus, l’urgence ne nous le permet pas. Pas moins, la sincérité et le réalisme politiques m’interdisent de dire mieux.

Je considère qu’en 2030 nous devrons avoir transformé radicalement notre ville pour pouvoir continuer à y respirer, y habiter, y vivre bien.

Dix ans pour agir en nous y prenant dès à présent, sans aucune perte de temps ni tergiversation.

Dix ans qui commencent, ici et maintenant.

 

Nathalie Perrin-Gilbert

Déclaration de candidature à la Mairie de Lyon

Le 4 septembre 2019

[Faire de Lyon un territoire hors CETA, TAFTA, SITA et relever le défi démocratique, écologique et social]

Ce que j'ai fait en février 2017 en tant que maire du 1er arrondissement, je le ferai en tant que maire de Lyon.Dès avril 2020, je soumettrai au vote du conseil municipal une première délibération afin que notre ville devienne territoire hors CETA, TAFTA, SITA, ... Lyon entrera en transition aux côtés d'autres villes européennes pour relever le défi démocratique, écologique et social.

[Transformer nos cours d'école en îlots de fraîcheur dans chaque quartier et arrondissement]

La canicule revient cette semaine. Nous avons tous en mémoire les dernières semaines d'école éprouvantes pour les élèves comme pour leurs enseignants et parents.Elue maire de Lyon, je lancerai dès avril 2020 une étude sur toutes les cours d'écoles maternelles et élémentaires. Les années 2021-2026 seront celles d"un vaste plan de réaménagement de ces espaces extérieurs, avec végétalisation et plantations en pleine terre. En un mandat, toutes nos cours d'école deviendront des îlots de fraîcheur : utiles à l'environnement, aux écoliers et à l'ensemble des Lyonnaises et Lyonnais.

[Réaliser de 2020 à 2022 un inventaire de la biodiversité dans chaque arrondissement, suivi d'un plan de préservation et de développement à l'échelle de la ville]

L'inventaire participatif de la biodiversité (recenser pour mieux connaître et protéger) est en cours sur le 1er arrondissement, piloté par l'association Des Espèces Parmi' Lyon.Il s'agit d'une initiative inédite dans Lyon intra-muros soutenue par la mairie du 1er arrondissement depuis 2018. Ce que nous faisons sur le 1er arrondissement, nous le ferons à grande échelle sur l'ensemble de la ville de Lyon dès 2020.

[Doter la ville de Lyon d'une Commission de Déontologie indépendante]

Élue maire de Lyon en 2020, je soumettrai au vote du conseil municipal la création d'une Commission de Déontologie indépendante qui aura un triple rôle, de : - prévention et recommandation (déclaration d'intérêt et de patrimoine des élu.e.s par ex) - contrôle (situations de logement des élu.e.s, invitations, cadeaux et voyages) - respect des droits (notamment droit à l'information des élu.e.s et des habitantes et habitants sur toute affaire concernant la commune).La Commission de Déontologie rendra annuellement un rapport d'activités public.

[Relier la ville]

Chaque quartier a son histoire et contribue à la singularité et l'attrait de notre ville. 

Élue maire de Lyon en mars 2020, je veillerai à relier la ville avec des services publics, des infrastructures, des moyens et projets répartis sur l'ensemble du territoire.

[L'École publique gratuite]

Durant ce mandat, la majorité municipale a rendu payante l'école publique avec la tarification des activités périscolaires. - Élue maire de Lyon, je reposerai la gratuité de l'école publique comme un principe fondateur de notre contrat municipal et social. - Les activités périscolaires du mercredi matin et des soirs redeviendront gratuites.

[Une politique alimentaire municipale qui allie prévention et santé, respect des paysages et approvisionnement sécurisé, économie locale et tarification sociale]

L'alimentation industrielle a envahi nos assiettes au détriment de notre santé, de nos paysages et terroirs, de l'économie locale, du plaisir de manger et de l'éducation au goût.Élue maire de Lyon en mars 2020, je ferai de l'alimentation une priorité de ces dix prochaines années .

👉 les repas servis dans les établissements municipaux (cantines, crèches, résidences pour personnes âgées) seront préparés dans des cuisines municipales réparties dans les arrondissements (et non plus commandés à des prestataires type Sodexho, Elior, etc.)

👉 par une commande publique toujours plus tournée vers le bio et le local, nous favoriserons la structuration d'une filière agricole locale biologique et en conversion. Des terrains pourront être achetés dans la métropole et le département pour permettre l'installation de jeunes agriculteurs qui s'engagent dans la filière biologique et la permaculture

👉 nous participerons à la création d'un Marché d'Intérêt Local

👉 nous pèserons au sein de la Métropole pour revenir à une régie publique de l'eau

👉 nous développerons les marchés de producteurs locaux et soutiendrons les AMAP et jardins partagés dans chaque arrondissement

👉 nous organiserons le tri des biodéchets issus de l'activité municipale (cuisines et marchés alimentaires municipaux par exemple) et développerons les composteurs et lombricomposteurs collectifs

👉 nous éliminerons le plastique (barquettes, film alimentaire, ...) de nos cantines et autres lieux de restauration collective dans le cadre de la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

[Engagement n° 8 : la Presqu’Ile fera l'objet d'un grand projet d'intérêt général. Pour cela, nous nous appuierons sur une Déclaration d'Utilité Publique ]

👉 Depuis des années, le centre de Lyon est devenu un quartier à vendre, de préférence aux groupes financiers internationaux. Depuis des années, le centre de Lyon connaît une explosion des appartements meublés de tourisme. Depuis des années, les services publics sont attaqués et il a fallu nous battre devant la justice pour éviter la fermeture de l'école maternelle Lévi Strauss.

👉 Le départ de nombreuses familles du centre ville, comme les problèmes de sécurité, sont la conséquence de cette politique... ou plutôt de cette absence de politique publique.

👉 Élue maire de Lyon en mars 2020, je stopperai net ce mouvement de grande braderie du centre-ville aux plus offrants et de fermeture des services publics. Je demanderai au Préfet, dès les premiers jours de mon mandat, de nous accompagner dans un grand projet d'intérêt général pour notre hyper-centre. Ce projet s'appuiera sur une procédure : la Déclaration d'Utilité Publique. Car oui, il est d'intérêt général de redonner vie à la Presqu'Ile, d'en préserver la diversité de fonctions et la singularité de patrimoine.

[Engagement n° 9 : créer un Indice Municipal de Développement Humain et Ecologique]

👉 A quoi sert un budget municipal ? A permettre le développement de politiques publiques au service des habitantes et habitants. Pourtant à Lyon, le budget vise d'abord à obtenir une bonne note de la part de l'agence de notation financière Standard and Poors. 😞

👉 Élue maire de Lyon en mars 2020, je réunirai dès les premiers jours du mandat un groupe de travail composé de représentants de chaque groupe politique, de la direction des services municipaux, d'universitaires, de représentants d'associations et de collectifs, de citoyennes et citoyens tirés au sort parmi une liste de volontaires et qui formeront un "panel citoyen".

👉 Nous nous donnerons alors 9 mois pour - choisir des critères sociaux, humains, écologiques, économiques et culturels pertinents pour évaluer notre budget et nos politiques publiques municipales, - valider la définition et la formule de calcul d'un Indice Municipal de Développement Humain et Ecologique, calculé à partir de ces critères.

👉 Chaque année lors du débat d'orientation budgétaire, le groupe de travail présentera son rapport d'évaluation budgétaire en séance publique de conseil municipal. L'indice calculé annuellement permettra de vérifier que notre action politique garde son cap, celui du développement écologique, social et démocratique.

👉Et c'est ainsi que Lyon rayonnera de nouveau.