Qui sommes nous ?

Lyon en commun est un mouvement citoyen lancé par le Gram Métropole et la France Insoumise. Lyon en commun vise à rassembler les forces vives de Lyon, écrire avec les habitants au travers d’assemblées citoyennes un projet humaniste, écologique et démocratique pour Lyon.

Nous avons décidé de travailler sur 5 axes principaux de campagne :

Axe 1 : Lyon, une commune souveraine et citoyenne

Axe 2 : Lyon, une commune mobilisée pour la bifurcation écologique

Axe 3 : Lyon, une commune où il fera mieux vivre

Axe 4 : Lyon, une commune active et créative

Axe 5 : Lyon, une commune digne et solidaire

Ils sont l’expression d’un travail collectif déjà commencé, d’une participation citoyenne déjà massive.

Le premier constat, c’est que des responsables comme Gérard Collomb et aussi tous ceux, évidemment, qui sont dans son sillage et qui comme des mouettes derrière le chalut attendent qu’on leur jette du poisson se sont exonérés de rendre des comptes. Ils évoluent dans l’entre-soi et ils se sont soustraits au contrôle et à la délibération démocratique. On ne peut ni les révoquer, ni les contester, ni même le plus souvent leur demander des informations sur des dossiers qui nous concernent au premier chef, des informations qui permettraient de discuter ou de disputer leurs critères et de prendre des décisions de manière éclairée, de manière participative, en pleine connaissance de cause. Comme un peuple doué de raison et libre de prendre en charge et de décider de son propre destin.

Nous, nous allons travailler en ruches … qu’est-ce que cela change ?

La première chose que cela change, c’est que ça ouvre la parole à des personnes qui auparavant n’y avaient pas accès, ou y avaient plus difficilement accès. Ça permet à des personnes qui n’ont pas l’habitude de prendre la parole de la prendre. C’est la définition même de la démocratie. La démocratie, c’est quand on permet à n’importe qui de prendre la parole, quand le monopole de la parole échappe à ceux qui ont l’habitude de l’exercer dans des tribunes, à des pupitres ou sur les plateaux depuis leur porte-parolat. On est dans une nouvelle ère. La question, c’est : est-ce que parce qu’on donne la parole à n’importe qui, ça nous amène à raconter n’importe quoi ? Bien sûr que non.

« Oui, l’intelligence collective est plus forte que le savoir d’un seul. »

Alors bien sûr, ça ne va pas nous interdire – bien au contraire – de recourir aussi à ceux qui ont accumulé des données, que nous allons solliciter pour des auditions de spécialistes, des chercheurs, des militants associatifs, des responsables locaux, des partenaires, des collectifs, des acteurs engagés, des habitants de toute sorte et de toute nature. Et nous allons progresser d’assemblées en assemblées, au fil de nos remue-méninges, de nos groupes de travail thématiques par une pratique imaginative, cumulative et contradictoire. Parce que pour faire émerger le bien commun, c’est possible, probable même qu’il nous faille déranger quelques intérêts. Ceux des grands groupes ou des prébendes, par exemple …

A tous ceux qui nous ont rejoints, qui veulent travailler avec nous et qui ne savent pas trop si ce qu’ils ont à dire est important, est exact, est scientifique qu’une étude récente a été réalisée pour comparer les articles de l’encyclopédie Britannica où chaque article est confié à un savant avec les articles de Wikipedia (l’encyclopédie collaborative). Le résultat, c’est qu’il s’avère que dans 91% des cas les articles de Wikipedia sont fiables. Ce qui n’est le cas que de 81% des articles de Britannica. Cela valide une vieille idée d’Aristote qui est que le savoir produit par une multitude d’ignorants est supérieur au savoir d’un seul expert. Il faut donc se faire confiance et monter ensemble en compétence. Il faut croire à l’intelligence collective, c’est comme cela que nous avons commencé à prendre l’habitude de travailler, avec le succès que l’on nous connaît …

Ainsi, nous allons pouvoir trancher et affirmer de quelle ville nous voulons ?

Car aujourd’hui, il faut bien le dire, il y a déjà deux Lyon … Une ville qui n’a d’yeux que pour les uns et qui détourne son regard des autres. Une ville qui voudrait attirer les gros et rejeter les petits. Une ville qui se gave et l’autre qui subit. Une ville spatialisée qui éloigne, segmente, qui trie et qui fracture. Une ville qui offre un large panel de services pour ceux qui n’en ont pas besoin et qui prive les plus fragiles du nécessaire et du vital, du simple accès au droit. Une ville qui attend le bus pendant des heures, une ville qui roule avec chauffeur. Une ville qui s’enrichit et l’autre des fins de mois à crédit. Une ville où étudiants, chômeurs, personnes âgées se serrent, sont confinés, voire même ne peuvent plus se loger. Une ville qui protège les uns et qui expose les autres … à tout : bruit, publicité subie, canicule et pollution. Une ville où s’enkyste la misère et une autre où se concentrent les richesses.

Car, il faut le dire, le Lyon de Collomb, c’est une ville offerte en pâture à un régime d’accumulation forcené. Une ville qui abonde dans la loi du marché, jamais contredite et toujours confortée qui taille la part du lion aux projets affairistes et à la soif de profit. Et qui jusque-là décide de tout.

Mais nous, qu’est-ce que nous voulons ?

Une ville au service de l’intérêt général ou des intérêts particuliers ? Une ville du tous ensemble ou du chacun pour soi ? Une ville exclusive et excluante ou une ville partageuse et accueillante. La réponse est claire, nous voulons une ville égalitaire, de services publics renforcés, de solidarité et aussi une ville où on respire, une ville où la nourriture est saine, ou l’accès à l’eau est garanti, comme aux soins et à une école de qualité. Une ville qui travaille à enrayer le changement climatique et prête à contrer ses effets. Une ville aussi qui soit un point d’appui pour résister à la politique d’Emmanuel Macron et qui prépare les conquêtes à venir.

Mais, grâce au ciel, un autre choix est possible. Aucune chute à pic n’est nécessaire, pas plus en avant qu’en arrière. Nous voulons le progrès en pente douce.

Vous vous retrouvez dans l'appel Lyon en commun et vous souhaitez vous investir et vous impliquer ?

Vous pouvez rejoindre l’un des 5 groupes thématiques de la campagne qui sont :

Lyon, une commune souveraine et citoyenne
Lyon, une commune mobilisée pour la bifurcation écologique
Lyon, une commune où il fera mieux vivre
Lyon, une commune active et créative
Lyon, une commune digne et solidaire

ou rejoindre les groupes d’action suivants :

Communication
Juridique, financier et statuts
Levée de fonds
Coordination des groupes thématiques
Présence sur le terrain et les arrondissements
Impliquer la société civile
Logistique et événementiel

Pour cela remplissez le formulaire ci-dessous, vous serez contacté, très rapidement par un membre de l’équipe 😉